Comité Régional Occitanie Pentathlon Moderne
15 rue Jean Reboul
66 000 PERPIGNAN
/
Téléphone

PRESENTATION DU COMITE REGIONAL

 
                                                                                          
 Le pentathlon en PAYS d’OC
 
Parti dans les années 1970 de Font Romeu et de ce qui s’appelait alors la « Section Sports- Etudes » du lycée climatique et sportif, le pentathlon moderne a connu une progression importante en termes de nombre de clubs et de pratiquants, en pays catalan d’abord, dans l’ensemble de la région Languedoc-Roussillon ensuite, en Occitanie enfin.
 
La mise à disposition d’une partie du temps d’un cadre national témoigne de la prise en compte par la fédération du travail accompli et de sa volonté d’accompagner et de soutenir un développement qui s’étend désormais dans la nouvelle région « Occitanie », en étroite harmonie avec les missions aujourd’hui assignées au sport, et dont témoigne l’appellation « Direction Régionale Jeunesse et Sports et Cohésion Sociale ».
 
Le pentathlon moderne, ses différents formats de pratiques et ses disciplines dérivées sont inscrits dans le paysage sportif régional, à tous les niveaux de ces missions : présence d’athlètes au plus haut niveau, sport au féminin, mixité, intégration sociale, prise en compte des handicaps et plus largement des problématiques de santé, échanges transfrontaliers…
 
 

Quelques dates clés

1973 : création du club de Font Romeu
1993: création du club du PMPC (Pentathlon Moderne Perpignan la Catalane), qui est devenu le premier club français.
2006: création du comité régional Languedoc-Roussillon
2017: création du comité régional « Occitanie »

Avec sa vingtaine de clubs, le comité régional Occitanie est aujourd’hui le plus important de France.
 

Pratiques et pratiquants : des modes de développement diversifiés.

Le pentathlon moderne est longtemps resté un sport confidentiel, jouissant certes d’un grand prestige (rappelons que c’est Pierre de Coubertin, fondateur des JO modernes, qui l’a créé dans le but de « sacrer l’athlète le plus complet des Jeux), mais réservé à un petit nombre de pratiquants. Aujourd’hui, grâce essentiellement à la diversité des efforts qu’il demande et à son caractère éminemment formateur, cette situation a considérablement évolué, et la Fédération Française de Pentathlon Moderne, comme l’UIPM (Union Internationale de Pentathlon Moderne), sont devenues de fait « multi-sports » : à côté de la discipline olympique avec ses cinq épreuves, le laser-run (tir et course combinés), le triathle (laser-run plus natation), le tetrathlon (triathle plus escrime) ont maintenant leurs compétitions et leurs championnats, nationaux, européens, mondiaux. Et les modalités de création et de développement d’un club se font de façons très diverses, souvent à partir de l’un ou l’autre de ces formats, parfois en en restant à une ou deux d’entre eux.

D’autant que d’autres pratiques viennent s’y ajouter, comme les combinaisons escrime et laser-run, équitation et laser-run, sans oublier celles qui sont dans l’histoire de la discipline comme le pentathlon antique ou l’escrime historique, que la Fédération accueille en son sein.

Il faut ajouter au nombre des changements, l’évolution des techniques, le passage au tir au laser étant sans doute la plus décisive : sans danger, pratiquable quasiment en tous lieux, il vient ajouter à la course une dimension ludique qui séduit tous les publics et tous les âges. Diversité de pratiques, nouveaux publics, volonté de « coller » aux nouvelles missions assignées au sport, le pentathlon a résolument tourné la page de l’élitisme pour s’adresser au grand public, et voit le nombre de licenciés, quoique encore modeste, augmenter régulièrement, à l’heure où la quasi-totalité des autres sports en perdent.
 

Pentathlon et emploi

C’est là un souci majeur des dirigeants, fervents adeptes de la vie associative et aussi convaincus que la création d’emplois constitue le meilleur gage de consolidation de l’activité. Cette priorité se traduit par la volonté de créer des postes de travail, qualifiés et pérennes.
L’ensemble de l’emploi directement généré par le pentathlon atteint aujourd’hui un volume non négligeable en ETP, avec des emplois à temps plein, avec des CDI, des CDD, des vacataires .
La quasi totalité des intervenants actuels sont engagés dans un processus de formation continue soutenu par les associations.
Parallèlement à cette politique de l’emploi professionnel est menée une formation des bénévoles aux brevets fédéraux, aux fonctions d’arbitre et à l’utilisation des logiciels spécifiques (gestion de compétitions par exemple).
Cette mise en œuvre n’est possible que par le biais d’emplois partagés, de la constitution de nouvelles formes juridiques (groupement d’employeurs) ; elle exige surtout une collaboration de tous les clubs concernés.
A partir de 1998 le club de Perpignan a formé plus de trente brevets d’Etat pentathlon. Ce diplôme national a aujourd’hui disparu, et c’est la formation au « Certificat de Spécialisation » de la discipline qui a pris le relais, toujours au sein de la région.
 

Haut niveau

Les porte drapeaux du pentathlon régional ont été nombreux, les plus titrés ont été Sébastien Deleigne double champion du monde (1997,1998) et quatre sélections aux JO (1992,1996, 2000,2004), Olivier Clergeau, 1 sélection aux JO (2000), Fabrice Duran vice champion du monde junior, Axelle Guiguet championne du monde Junior par équipe (1997) Blandine Lachèze championne d’Europe U19 et 1 sélection aux JO (2004), Valentin Belaud champion du monde junior et champion du monde senior (2016) 1 sélection aux JO (2016)et champion du monde senior par équipe (2018), Elodie Clouvel la plus connue avec sa médaille d’argent aux Jeux Olympiques de Rio (2016) et vice championne d’Europe (2015) et du monde senior (2016).

Aujourd’hui la relève a les visages de Brice Loubet triple champion d’Europe U19, champion du monde universitaire (2018) et champion du monde senior par équipe (2018), Manon Barbaza, Paolo Singh, Emma Riff récemment médaillée d’argent aux JOJ à Buenos Aires (2018).

Mais si ce sont là les sportifs de plus haut niveau dans la discipline reine des Jeux, il y a aussi dans la région les visages des champions dans la déclinaison des autres pratiques, du laser run au tétrathlon: Nathalie Picault championne du monde de Laser Run (2018)
 

Echanges, rencontres, compétitions

Les échanges, ponctuels ou réguliers, sont nombreux, avec les pays voisins ou parfois plus lointains. Ainsi, le « trophée » Ulysse », qui réunit tous les ans les jeunes pratiquants du triathle et du tetrathlon, au départ réservé aux pays du pourtour méditerranéen (la compétition y est organisée tous les ans dans un pays différent), accueille maintenant des jeunes d’autres pays, essentiellement européens.
Une des principales originalité de la pratique du pentathlon le plus au sud de la France reste l’échange transfrontalier.

Il s’agit au départ d’une série de compétitions de part et d’autre des Pyrénées, avec une co- organisation entre le comité départemental des Pyrénées-Orientales et la « federacio catalana de pentatlo », son homologue du Sud, appelé « la lliga catalana »; chaque année, la finale est à la charge de l’une puis de l’autre entité. Cette pratique est maintenant élargie à tous les clubs d’Occitanie. Compétition « eurorégionale », elle devrait devenir rapidement un véritable championnat transfrontalier des « Pays d’Oc », sous l’égide des fédérations nationales.
 
La région fournit sa part d’organisations « officielles » nationales et internationales, à tous les niveaux d’âge et dans tous les formats. Et si Perpignan a pris en charge les premiers championnats du monde laser-run en 2015, ou encore la création du « trophée Ulysse », l’arrivée des nouveaux clubs, vient augmenter les possibilités, dans un rayon géographique qui permet aux rencontres de se faire sur la journée, et même sur quelques heures pour certains formats comme le laser-run : ainsi, en 2018, le comité régional a organisé en Occitanie cinq « laser-run city tour », dont trois sous l’égide de l’Union Internationale qui donnent lieu à une « rank list » mondiale, et vient d’en valider cinq pour 2019 avec ce label.
 
C’est l’attachement à la vitalité de notre magnifique discipline, de nos magnifiques disciplines plutôt, car c’est ce pluriel qui s’impose aujourd’hui, qui nous pousse à travailler au sein du comité, qui nous encourage à inventer de nouvelles façons de faire et à les proposer, qui stimule notre soif de les voir gagner du terrain pour que partout dans la région on puisse dire:
« sempre endavant »!
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

EVENEMENTS

avril 2019s'abonner
lunmarmerjeuvensamdim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293012345
 

CONTACT

*
*
*
Texte sur plusieurs lignes
* Champ obligatoire

envoyer